Le MPPC déplore que l’organisateur du Giro d’Italia ait privilégié d’inviter des équipes non-membres de notre mouvement. Le Tour de France et la Vuelta ont adopté notre conception et n’ont pas à le regretter.

L’Histoire commune du MPCC et de l’entreprise AG2R La Mondiale a connu un tournant en mars 2015. Alors que le coureur Lloyd Mondory avait été contrôlé positif, l’équipe dirigée par Vincent Lavenu avait du s’auto-suspendre pour le Critérium du Dauphiné, en vertu du règlement intérieur du mouvement. Ce respect scrupuleux des règles, sur la base du volontariat, avait permis à la formation savoyarde de réaffirmer son opposition totale à toute forme de tricherie. 

Présente dans le sponsoring cycliste depuis 1997, la société FDJ s’est immédiatement ralliée à cause du MPCC à sa création en 2007. Dès lors que l’équipe cycliste managée par Marc Madiot faisait partie du mouvement, il allait de soi pour la loterie nationale française de l’imiter. 

Deux fois victorieuse sur les routes du Tour de Californie, l’équipe Rally Cycling est membre du MPCC. Son directeur sportif Jonathan Patrick McCarty croit en le rôle à jouer pour le mouvement en Amérique du Nord.

Les équipes membres de MPCC ont soumis 48 coureurs à un contrôle de cortisolémie sur les 4 jours de Dunkerque. Tous vont prendre le départ.

Pour la quatrième année consécutive, MPCC recense les cas de dopage révélés sport par sport, pour mieux situer la place du cyclisme par rapport aux autres disciplines. Sur les trois premiers mois de l'année, c'est l'athlétisme le sport le plus touché.

Les équipes membres de MPCC ont soumis 72 coureurs à un contrôle de cortisolémie sur le Tour d'Italie. Tous vont prendre le départ.

Pour la quatrième année consécutive, le Conseil d’Administration du MPCC renouvelle avec force son souhait de voir l’usage des CorticoÏdes et du Tramadol interdits en compétition. Heureusement elle n’est plus seule à en dénoncer l’usage.

mardi 11 avril 2017

Les AUT en question

Les Autorisations à Usage Thérapeutique (AUT) ont fait débat ces derniers mois. Ce procédé, encadré par les règles de l’AMA, autorise un athlète blessé ou malade, sous certaines conditions, à utiliser un produit interdit pour se soigner. Une pratique qui donne lieu à des abus, que ce soit dans le cyclisme mais aussi et surtout dans d’autres sports où de grands débats ont porté sur ce sujet, notamment dans le rugby.

Les équipes membres de MPCC ont soumis 27 coureurs à un contrôle de cortisolémie sur Paris-Roubaix. Tous vont prendre le départ.