CYCLISME SUR ROUTE : AUGMENTATION DES CAS DE DOPAGE EN 2017

Si l’année 2017 n'a révélé que 3 cas de plus qu'en 2016, l’élite du cyclisme pro est nettement plus concernée par cette hausse. Par rapport à 2016, l’augmentation la plus sensible concerne les équipe de 1ère et de 2ème division : 8 cas contre 3 l’année précédente.

 

L’évolution du nombre de cas de dopage dans le sport dévoile un curieux paradoxe : le Cyclisme n’a jamais été aussi bas dans ce « classement du pire » (10ème place). Dans le même temps, le nombre de cas révélés chez les cyclistes pros est cependant reparti à la hausse.

 

D’une manière générale, le nombre de cas de dopage révélés dans le sport est en hausse constante ces dernières années. Les sports massivement touchés l'ont été tout autant en 2017 (Baseball, Athlétisme), voire davantage. C’est le cas de l’Haltérophilie qui double pratiquement son score de l’année précédente (52 cas, contre 28 en 2016), sans qu’il soit nécessaire d'y inclure les athlètes récemment sanctionnés après réanalyse de leurs échantillons prélevés lors des JO de Pékin et Londres (la moitié des cas positifs trouvés dans ces échantillons concernaient des haltérophiles).

 

D'autres fédérations, jusque là assez discrètes dans la lutte antidopage, ont choisi d’accentuer leurs efforts et leur communication dans ce domaine. Cela fait apparaître - parfois très haut - dans ce graphique des sports qui les années précédentes n’étaient confrontés qu'à quelques cas résiduels sur la place publique. C’est le cas du MMA (Free Fight), de l’Equitation ou dans une moindre mesure du Tennis (qui est quand même passé d’un seul cas révélé en 2016 à 10 en 2017 !)

 

Dans ce contexte, le Cyclisme comme d’autres sports, tels la Natation ou la Boxe, restent relativement stables dans nos chiffres, avec à la clé des mesures antidopage et une transparence éprouvées au fil du temps. Dans ces sports, les révélations qui ont surgi durant l’année 2017 en provenance du monde amateur incitent toutefois à la plus grande vigilance.

 

Les grandes puissances les plus touchées aimeraient aussi faire figure de bons élèves. La Russie en quête de réhabilitation par le CIO a révélé en 2017 plus de 60 cas de dopage (3x plus que l’année précédente). Mais n’oublions pas que dans le même temps, les Etats-Unis ont sanctionné plus du double de fraudeurs, dans des sports, il est vrai, le plus souvent non olympiques.