Madiot : "Que penser des équipes réfractaires au MPCC ?"

Marc Madiot, manager de l’équipe FDJ, récente lauréate de Milan-Sanremo avec Arnaud Démare, livre son sentiment sur ces équipes qui ont quitté le mouvement ou n’ont jamais souhaité le rejoindre.

 

Au sein du World Tour 2016, sept équipes sont membre du MPCC : AG2R La Mondiale, Cannondale, Dimension Data, FDJ, Giant-Alpecin, IAM et Lotto-Soudal. Les équipes Astana, Lampre-Merida, Orica-Greenedge, Katusha et LottoNL-Jumbo ont toutes été membres par le passé, mais ont soit renoncé à leur adhésion, soit été exclues du mouvement. Six formations - BMC, Etixx-Quick Step, Movistar, Sky, Tinkoff et Trek-Segafredo - n’ont jamais jugé utile de rejoindre le MPCC.

 

Manager de l’équipe FDJ depuis sa création en 1997, l’ancien double vainqueur de Paris-Roubaix Marc Madiot ne comprend pas pourquoi ces équipes ne veulent pas rejoindre le MPCC : « Qui peut le plus peut le moins ! » Il appelle les grands organisateurs à davantage s’engager dans la crédibilité du cyclisme et à « mettre plus de pression sur les équipes qui ne sont pas au MPCC. » Il invite également les médias à plus mettre en valeur le fait que certaines équipes ne sont pas encore membres du MPCC. 

 

 

Marc Madiot comprend néanmoins que les règlements du MPCC peuvent amener les dirigeants d’équipes membres à faire face à des situations difficiles, comme dans le cas d’un effondrement du taux de cortisolémie d’un coureur avant un grand tour. Mais il martèle que le principe au MPCC est « l’action volontaire » et qu’il faut que les équipes membres respectent leurs engagements. « La crédibilité de ceux qui se retirent n’engage pas celle de ceux qui restent. » 

 

Pour lui, l’objectif, la finalité du MPCC, serait que toutes les équipes le rejoignent et que les grandes lignes réglementaires du mouvement soient adoptées par les instances internationales.